Menu
Veaux & Génisses

Vêlages d'été : prenez soin de vos veaux !

par Dr Hervé BAUDET

Partager cet article

Dans beaucoup d’élevages, des vêlages ont lieu toute au long de l’année. On a tendance à penser que l’été les veaux sont plus faciles à élever, mais cela n’est pas toujours le cas. Certaines précautions sont à prendre en période estivale. Ainsi pour vos vêlages d’été, surtout avec des périodes de stress thermique de plus en plus fréquentes à cause du réchauffement climatique, prenez soins des veaux et génisses !

Distribuez rapidement un colostrum de bonne qualité et en quantité suffisante 

 

La qualité du colostrum dépend avant tout de la conduite alimentaire et environnementale de la vache tarie. Il est important de ne faire aucune impasse dans le suivi de la période de préparation avant vêlage. Gestion des état d’engraissements, gestion de la BACA, accès à volonté à une eau de qualité, aucun élément ne doit être oublié. Il est important de maitriser les zones de couchage des taries afin de limiter les mammites. Pensez à bien maitriser les mouches qui pourraient transmettre des germes de mammites en s’installant sur les trayons des taries.  

Par fortes chaleurs, il est assez courant d’avoir des vêlages avancés 

 

Par fortes chaleurs, il est assez courant d’avoir des vêlages avancés de quelques jours. Les veaux sont alors plus fragiles. 

Le colostrum doit être récolté le plus rapidement possible après le vêlage. Vous pouvez contrôler sa qualité à l’aide d’un réfractomètre. S’il est de bonne qualité, il sera distribué rapidement (dans les 2 à 4 premières heures de vie du veau : idéalement profiter de la période d’éveil du veau après vêlage). 

Pour apporter l’énergie et les 200g d’anticorps nécessaires au veau, un volume minimum de 4 litres est nécessaire. Il est possible de le lui donner au biberon si le veau boit bien, ou à la sonde. Il est enfin possible de laisser un seau à tétine à disposition du veau pour que le veau consomme ce qui reste seul.  

 

Le bon colostrum se conserve 24 à 48h au réfrigérateur, et 6 mois au congélateur. Pensez à bien noter la date et le numéro de la vache, de plus en plus d’éleveurs préfèrent apporter avec une sonde le volume choisi aux veaux. Si le colostrum n’est pas de bonne qualité, il est possible d’apporter du colostrum de qualité, décongelé, stocké au congélateur. 

Quel que soit le matériel de distribution utilisé, il faut faire attention à l’hygiène : bombe microbienne pour le veau.  

En été, attention à la déshydratation des veaux 

 

L’été il peut faire chaud voire très chaud. Il est donc important de contrôler la température du logement des veaux. De plus en plus d’éleveurs installent les veaux dans des niches individuelles dehors ou sous un bâtiment, mettons bien ces niches à l’ombre du soleil de l’après-midi. 

 

Les veaux dès le 1er jour doivent avoir accès à de l’eau propre. Cet abreuvement permettra une bonne digestion du colostrum. En effet, ce dernier est riche en matière sèche donc nécessite de l’eau pour être mieux assimilé, cette eau permettra également une meilleure thermorégulation du veau grâce aux rejets d’eau par les poumons et à la transpiration. 

Il est assez courant l’été de voir des veaux sans abreuvement et ce qui est surprenant. Mettre de l’eau aux veaux dès la naissance diminue de 50 % le risque de diarrhée qui aggrave encore la déshydratation. 

 

Bien sûr en plus de l’eau les veaux doivent avoir accès à des fibres, et des concentrés dès la fin de leur première semaine de vie.  

Surveillez certains agresseurs : attention aux mouches ! 

Certains sont faciles à voir, mais ils sont si nombreux l’été que nous n’y prêtons même plus attention, il s’agit des mouches.

Au moins 4 raisons de leur faire la chasse. Elles énervent et fatiguent les veaux, transmettent de nombreuses agents responsables de maladies bien connues comme bactéries (colibacilles…), virus (corona/rotavirus), cryptosporidies … De plus, elles pondent dans certains milieux organiques notamment autour de l’anus, sur le cordon, dans une plaie. Attention également aux lésions oculaires souvent occasionnées par des bactéries transportées par les mouches.

 

Ainsi vous l’aurez compris, même si vous devez être attentifs toute l’année à l’état de santé des veaux, en été il faut redoubler de vigilance. Pensez cependant à être également très vigilant à d’autres période de l’année : avec le réchauffement climatique on peut observer des périodes très chaudes au printemps ou à l’automne.  

Contacter l'auteur

Des questions ?
Nos experts vous répondent !